: --------------------------------------------------------------------------------

Textes choisis

                                                                    Image hébérgée par hiboox.com

                                              

                                                                             TEXTES CHOISIS

Le jour se lève, tu voudrais qu'il s'achève
L'arrivée du printemps te laisse indifférent
Tu ne comprends pas ce qui se passe en toi
Tu te sens prisonnier de ce monde insensé
Donne-toi le temps d'apaiser les tourments
D'oublier les rancoeurs qui effritent ton coeur
Tu n'es pas seul regarde autour de toi
Tous ceux qui t'aiment autant que moi
Tu n'es pas seul. ne sombre pas dans la nuit
Choisis la lumière de la vie
Tu voudrais pleurer la tête dans l'oreiller
Pour étouffer tes larmes, laisser tomber les armes
Tu ne connais pas l'enfant qui dort en toi
Depuis combien d'années ne l'as-tu pas bercé
Tu n'es pas seul regarde autour de toi
Tous ceux qui t'aiment autant que moi
Tu n'es pas seul ne sombre pas dans la nuit
Choisis la lumière de la vie
Donnes-toi le temps d'apaiser les tourments
D'oublier les rancoeurs qui effritent ton coeur
Tu n'es pas seul regarde autour de toi
Tous ceux qui t'aiment autant que moi
Tu n'es pas seul ne sombre pas dans la nuit
Choisis la lumière de la vie
Choisis la lumière de la vie . . . 
auteur inconnu
                                                                                                          

    

Quand un enfant disparaît

C’est une partie de soi
qui part aussi vers l'au -delà.
Et pourtant, il faut rester sur terre,
vivre et faire semblant
d'être là tout entière!
Que de fois il m'arrive
d'avoir l'impression de me retrouver entre ciel et terre.

D'ici-bas je me sens absente,
ne sachant plus très bien
le monde qui est le mien.
Mes efforts semblent vains
pour essayer de te rejoindre.
Es-tu tellement loin?
Non, mais voilà
une autre partie de moi
me retient, ici-bas.
Est-il possible de vivre ainsi, partagée
entre deux mondes si distants,
les disparus et les présents?
Où en trouver la force?
Mais tout simplement:
dans mon amour de maman!

Sang pour sang (J. Halliday)

J'ai pas toujours trouvé les mots
Pour bercer tes rêves d'enfant
Ensemble on est devenu grand
De bons points en double zéro
Paralysés par tant d'amour
On s'apprivoise au jour le jour
J'ai jamais su trouver les gestes
Qui pouvaient soigner tes blessures
Guider tes pas vers le futur
À tous les signaux de détresse
Dis, comment j'aurais pu faire face
Pris entre le feu et la glace
Au delà de nos différences
Des coups de gueule des coups de sang
À force d'échanger nos silences
Maintenant qu'on est face à face
On se ressemble sang pour sang
Comme si les battements de nos cœurs
Etaient sûr la même longueur d'ondes
Les lignes de nos mains se confondent
Tu me renvoies comme un miroir
Mes doutes et mes éclats de rires
La promesse d'un autre avenir
Peu importe si la vie menace
Ce qui reste en nous d'innocent
Puisqu'on se comprend à présent
Peu à peu la douleur s'efface
On en garde plus qu'une trace
Comme une offense au temps qui passe
Au-delà de nos différences
Des coups de gueule des coups de sang
A force d'échanger nos silences
Maintenant qu'on est face à face
On se ressemble sang pour sang
Au-delà de nos différences
A force d'échanger nos silences
Maintenant qu'on est face à face
On se ressemble sang pour sang
Tous les deux sang pour sang
Tout les deux sang pour sang
Oui, sang pour sang

 

   
  A nos anges

Que d'étoiles dans le ciel!

        Vois comme elles étincellent !
  Selon une légende d'antan,
    Ce sont les âmes des enfants
    Morts sans avoir eu le temps 
      De seulement devenir grands.
   Ils protègent toutes les nuits
   Leur maman endormie

 VA MON ANGE 

                                     
Va mon petit ange, déplie tes douces ailes  
puisque la vie ici te quitte  
envole-toi vers ce grand ciel 
et tant pis si mes yeux me piquent
. 
Tu as bien assez souffert ici bas
envole-toi vers l'au-delà  
même si cette douloureuse absence  
restera pour moi ici souffrance.
Tu sera toujours au fond de moi
dans le creux de mon coeur tu dormiras
et dans mes heures de grands combats
ta douce présence me réchauffera.
Va mon petit ange, va
ne te retiens pas pour moi
Je resterai debout, ne t'inquiète pas
je garderai pour que rien ne change
le bonheur en moi d'avoir ici-bas
rencontré un ange ...
Et dans mon coeur à jamais et pour toujours
je saurai ce que signifie le mot

AMOUR

Tous les regards vers la voûte céleste sont tournés

Quand vient la nuit pour admirer la voie lactée,
Ces milliers d'étoiles qui toujours luisent,
Ces astres mystérieux qui jamais ne s'épuisent,
Le ciel, ce tableau qui se mélange quand vient la nuit,
C’est la résidence de nos anges Leurs pleurs, c’est la pluie

Gouttes de cristal, sur nous elles tombent,
Pour ne pas oublier qu'eux aussi pleurent chaque jour de pluie un ange succombe,
A sa tristesse, et dans la douleur il se meure.
Leur sourire, c'est le soleil,
Habitants du Paradis, sur nous ils veillent,
Le vent nous murmurent leurs mots,
Pour que dans le noir, on puisse encore avoir chaud.
Une légère brise ou un hurlement,
Des conseils ou des plaintes de ces petits anges,
Un cri de joie, de douleur ou un chuchotement,
Un message d'eux réconfortant et parfois étrange.

Leurs messages qui parviennent sur terre grâce aux éléments,
Et qui forment un sourire un peu mélancolique sur notre visage,
Une preuve qu'ils nous accompagnent à chaque instant,
Qu'ils sont parfois invisibles mais qu'ils nous aident à noircir les pages.
Ces êtres éternels, êtres de pureté,
Leurs ailes aux plumes d'or déployées,
Résident en ces nébuleuses,
Pour que leur existence reste mystérieuse.
Remarquables mortels dont les ailes ont poussées,
Qui à la fin du chemin, ont réussi à s'envoler,
Qu'on croit avoir vu partir, sans jamais plus les retrouver,
Mais qui, en veillant sur nous, ne cessent de nous accompagner.

 

T'es parti pour un monde meilleur

 Mais tu resteras toujours dans mon coeur.

Toi, qui nous faisait rire.

Maintenant, tu  me fais pleurer

T'as repris ta liberté,

Mais tu m'as laissé dans ce monde,

Où la peine et la haine règnent.

On ne peut plus se mentir, tu nous as bien quitté.

Mais pourquoi toi ??

Je devrais m'adapter, résister, ne garder que

Les bons souvenirs, les bons moments.

Mais c'est tellement difficile,

De ne plus penser à une personne que l'on aime.

Les larmes que l'on cache, sont les plus sincères.

On dit souvent que la douleur s'estompe avec le temps.

Pourtant la mienne est toujours présente.

La douleur ne s’en va pas, on apprend à vivre avec

Maman

 LE CIEL EST A MOI

     J'étais sans vie et sans voix. Sans espérance et sans joie

    Presque rendu au bout du mon temps. Mais, voici que sont ouverts 

Les grands bras de la lumière. Et voilà que je pars vers l'univers

Je pars, je pars.  Je monte, je monte

Je vole.  Le ciel est à moi

Je parle aux étoiles.  Je plane de soleil en soleil

Je vole, je vole. Je brille je brille,

Je vis.  Le ciel est à moi

L'infini est bleu. Bleu et doux et bon et merveilleux!

J'étais sans vie et sans voix.  L âme pleine de''pourquoi'

Perdu dans le silence et dans les mots

Quelle est la raison des choses.  Des galaxies et des roses?

On le sait quand on sait.  Que tout est beau

Refrain je pars, je pars.........

J'étais sans vie et sans voix.  Sans espérance et sans joie

Presque rendu au bout du temps. Mais, voici que se sont ouverts

Les grands bras de la lumière. Et voilà que je pars vers l'univers

Chanson du film 'le papillon bleu' interprétée par Marie Elain Thibert

 

LES MOTS EXACTS POUR LE DIRE

 

    Je vous en prie, ne me demandez pas si j'ai réussi à le surmonter,

    Je ne le surmonterai jamais.

    Je vous en prie, ne me dites pas qu'il est mieux

    Là où il est maintenant 

    Il n'est pas ici auprès de moi. 

    Je vous en prie, ne me dites pas qu'il ne souffre plus, 

    Je n'ai toujours pas accepté qu'il ait dû souffrir. 

    Je vous en prie, ne me dites pas que vous savez ce que je ressens, 

    A moins que vous aussi, vous ayez perdu un enfant. 

    Je vous en prie, ne me demandez pas de guérir, 

    Le deuil n'est pas une maladie dont on peut se débarrasser. 

    Je vous en prie, ne me dites pas

    Au moins vous l'avez eu pendant tel nombre d'années', 

    Selon vous, à quel âge votre enfant devrait-il mourir? 

    Je vous en prie ne me dites pas que Dieu

    N’inflige pas plus que ce que l'homme peut supporter. 

    Je vous en prie, dites-moi simplement que vous êtes désolés. 

    Je vous en prie, dites-moi simplement que vous souvenez 

    De mon enfant, si vous vous rappelez de lui. 

    Je vous en prie, laissez-moi simplement parler de mon enfant. 

    Je vous en prie, mentionnez le nom de mon enfant. 

    Je vous en prie, laissez-moi simplement pleurer 

Rita Moran

Toi, t'es parti sans me dire au revoir

Toi, si malheureux dans ta vie familiale

Toi, qui a laissé des gens plus que tristes

Où tu es, as-tu réussi à libérer ton âme ?

Toi mon Laurent, m'entends-tu?

Moi, si malheureuse depuis que tu es parti

Je ne peux pas crier, hurler mon désarroi

Moi, qui ne vis plus, respire ...comment?

Je ne sais pas

Moi, qui n'ai plus envie de rien, qui me ts dans le vide

Moi, qui ne sait plus ce que veut dire le mot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

</

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site